La vraie joie

Trouvez-vous votre existence ordinaire? Rêvez-vous parfois d’extraordinaire, de joie extrême, de grandiose? J’ai une petite tendance à dénigrer la situation dans laquelle Dieu m’a placée. J’ai souvent espoir d’un avenir, disons-le – moins ordinaire. Être mère. Popoter, nettoyer des toilettes, ramasser le pipi du chien, magasiner les essentiels du foyer, planifier des repas, exagérer mes peu de temps libres sur l’ordi. Je recherche souvent, une joie éphémère. Je suis insatisfaite. 

Carte postale.001
Carte postale.003

Et pourtant, je sais où trouver la vraie joie.

Il y avait, dans cette même contrée, des bergers qui passaient dans les champs les veilles de la nuit pour garder leurs troupeaux. Et voici, un ange du Seigneur leur apparut, et la gloire du Seigneur resplendit autour d’eux. Ils furent saisis d’une grande frayeur.Mais l’ange leur dit : « Ne craignez point; car je vous annonce une bonne nouvelle, qui sera pour tout le peuple le sujet d’une grande joie : c’est qu’aujourd’hui, dans la ville de David, il vous est né un Sauveur, qui est le Christ, le Seigneur. Et voici à quel signe vous le reconnaîtrez: vous trouverez un enfant emmailloté et couché dans une crèche. »Et soudain il se joignit à l’ange une multitude de l’armée céleste, louant Dieu et disant  : « Gloire à Dieu dans les lieux très hauts, Et paix sur la terre parmi les hommes qu’il agrée! »Lorsque les anges les eurent quittés pour retourner au ciel, les bergers se dirent les uns aux autres: Allons jusqu’à Bethléhem, et voyons ce qui est arrivé, ce que le Seigneur nous a fait connaître. Ils y allèrent en hâte, et ils trouvèrent Marie et Joseph, et le petit enfant couché dans la crèche. Après l’avoir vu, ils racontèrent ce qui leur avait été dit au sujet de ce petit enfant. Tous ceux qui les entendirent furent dans l’étonnement de ce que leur disaient les bergers. Marie gardait toutes ces choses, et les repassait dans son coeur.Et les bergers s’en retournèrent, glorifiant et louant Dieu pour tout ce qu’ils avaient entendu et vu, et qui était conforme à ce qui leur avait été annoncé. Luc 2.8-20

Les bergers accomplissaient des tâches très ordinaires. Sans importance pour la génération de ce temps. Ils étaient considérés comme les moindres de la société. Et un ange apparût dans leur ordinaire. Ils étaient horrifiés. Ces hommes simples, probablement sales de leur voyage, vécus un événement qui marqua l’histoire – que même ceux qui ne croient pas en la Bible connaissent. Dieu dans sa grande bonté leur envoya seulement un ange pour commencer. Après les avoir rassurés, l’ange fut rejoint d’une multitude d’êtres angéliques. Une multitude d’armée d’anges. Imaginez la lumière et la gloire immaculée. Mais qui n’est rien comparée à celle que nous verrons auprès de Dieu – bientôt, très bientôt. Cette apparition eut lieu dans un endroit bien ordinaire, devant des hommes plus qu’ordinaires. Dieu se révèle dans les moments anodins de nos vies.

Avant que la glorieuse clarté des anges éclate, l’ange déclara la plus grande vérité qu’un croyant puisse posséder. « Ne craignez point; car je vous annonce une bonne nouvelle, qui sera pour tout le peuple le sujet d’une grande joie : c’est qu’aujourd’hui, dans la ville de David, il vous est né un Sauveur, qui est le Christ, le Seigneur. » 

La grande joie que je peux posséder se trouve seulement en Jésus, mon Sauveur. Celui qui a choisi de venir il y a deux mille ans. Il est venu, non pour briller de lui-même, mais pour triompher du péché.

Il a vaincu la mort! Il a porté sur lui, tous mes fardeaux. En lui seul, je peux exulter de joie. Même durant les simples moments de mon quotidien.

Que cette prochaine année, soit peu ordinaire. Simple, mais empreinte de la VRAIE joie extraordinaire. La joie de la multitude d’anges.

Et tout comme les bergers retournèrent à leur quotidien le coeur changé, le mien veut adorer ce Dieu extraordinaire, en ce moment même. En pyjama.

0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout