Le panier d’épicerie

Il avait beaucoup de difficulté à marcher. Il portait plusieurs sacs, et un très long fil électrique.


En le regardant rapidement par la fenêtre de ma voiture, il était évident pour moi que cet homme était un sans abri.

Je tournai pour entrer dans le stationnement de l’épicerie où j’allais, pour biensûr, acheter de la nourriture pour les prochains jours.

Sans me soucier de cet homme. Sans penser et réfléchir sur sa condition humaine.


J’étais pressée et ne pensais qu’à MA condition humaine.


Dieu regarda les enfants d’Israël, et il en eut compassion. Exode 2.25

Quelques rues plus loin, en sortant du même stationnement, je le vis de nouveau.

Cet homme marchant, avec un panier d’épicerie. À quelques rues… avec ses sacs et son fil.

C’est à ce moment, que j’eue compassion.

Soudain, je me sentais bien honteuse d’avoir ignoré cet homme, même dans mes pensées.

Je ne pouvais rien faire. Sauf prier pour lui.

Et rapidement, j’ai continué ma route, jusqu’à la maison.

Dieu regarda […] et il en eut compassion.
0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout