Les derniers instants d’un innocent

Le vin et le pain sont distribués entre les mains de ses amis.

Une table, de la joie et les derniers mots.

Jésus boit et mange, il aime la vie. Il est un homme, pas comme les autres, mais qui a profité de chaque instant, des rires authentiques, des chagrins pénétrants; immortalisés dans le temps.

La communion terminée, un homme le trahit. Son ami. Les autres font des promesses; et Jésus prie.

Il agonise, son âme souffre. Les grumeaux coulent sur son visage contrit. Il désire céder sa mort qui arrive en foule.

Des bâtons, des torches, des comparutions devant les tribunaux des hommes. Des insultes, de la désertion et l’abandon de tous.

Une couronne qui perce bien plus que sa chair. Des coups qui labourent son corps; Des aiguilles et un fouet mutilent sa peau. Une marche éreintante, à traîner la poussière. Ses vêtements en lambeaux et tirés au sort.

Après cette longue nuit et cet infâme matin; sans pain, ni vin. La croix, les échardes, les clous longs, gros. La souffrance intolérable.

***

Mes péchés l’ont cloué sur ce scandale. Mon orgueil a brisé son corps. Mes mensonges ont fait couler le sang. Les injustices du monde ont déchiré sa peau.

Le pain est brisé. La coupe est répandue.

Tout est accompli. 

Mais c’est pour nos péchés qu’il a été percé, c’est pour nos fautes qu’il a été brisé. Le châtiment qui nous donne la paix est retombé sur lui et c’est par ses blessures que nous sommes guéris. Ésaïe 53.5 (Semeur)

* photo par ChurchOS

1 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout