Une relation avec Lui


Parfois, on se demande pourquoi Jésus ne nous a pas laissé une carte de notre vie. Un tableau avec toutes les décisions qui seront placées devant nous, avec les bonnes réponses.



Demain aura lieu un événement cher à mon coeur. Une conférence sur la Prière. Ce cadeau de la prière est mis à notre disposition pour communiquer avec Lui. Et Lui il attend.

Si ta relation avec Lui ne va pas bien. Surtout — dis-Lui! Et viens. Cette relation est la seule chose que tu emporteras avec toi, dans le Paradis.

Et si tu ne peux pas venir, voici une petite étude que j’ai écrit il y a quelques années sur ce sujet…


Un mot sur la prière : prier!

La prière ne peut se comprendre parfaitement qu’en la pratiquant. Je pourrais lire tous les livres et des versets sur le sujet, si je ne prie jamais, rien ne se passera.

La prière est un moment privilégier entre Dieu et moi, qui m’incite à me présenter toute entière devant lui. Elle est « la clé pour que la puissance de Dieu se déverse sur votre vie. » N’est-ce pas profond! Sa glorieuse puissance peut se déverser dans ma vie et dans la vôtre. Il faut y croire.

La prière est une ressource primordiale qui s’ajoute à l’armure du chrétien pour assurer une vie victorieuse.

Faites en tout temps par l’Esprit toutes sortes de prières et de supplications. Veillez à cela avec une entière persévérance, et priez pour tous les saints. Éphésiens 6.18

Un temps pour la prière

Mais quand tu pries, entre dans ta chambre, ferme ta porte, et prie ton Père qui est là dans le lieu secret; et ton Père, qui voit dans le secret, te le rendra. Matthieu 6.6

Dernièrement, j’ai eu très à coeur « d’améliorer » ma vie de prières. J’ai toujours été très émerveillée par les témoignages de frères et soeurs chrétiens concernant leur vie de prières et leur relation avec Dieu et je trouvais la mienne terne. Je voyais plusieurs lacunes, mais je ne trouvais pas de solution. J’ai donc retroussé mes manches et j’ai prié. Dans le processus, Dieu m’a amené à écrire cette étude sur ce sujet si important : la prière. J’ai lu plusieurs livres et histoires sur le sujet. En voici une qui me touche particulièrement! Surtout lorsque je ne réussi pas moi-même à prier avec un bébé autour…

 Je suis mère de 19 enfants, dont neuf sont morts en bas âge. Une de mes filles s’est accidentellement fait étouffer par une nounou, alors qu’une autre eu un accident tragique qui l’a rendit estropiée. Nous avons perdu notre maison par le feu deux fois, dont une lorsque j’étais enceinte de huit mois et abandonnée par mon mari. Nous avons vécu dans la pauvreté; mon mari s’est retrouvé en prison à cause de nos dettes.
Je m’appliquai à passer une heure par semaine, seule avec chacun de mes enfants. Tous les jours nous avions un temps de culte familial, même en l’absence de mon mari. Et malgré toutes mes occupations, je trouvais le temps de prier une heure, matin et soir. Pour plus d’intimité avec mon Dieu, je passais mon tablier par dessus ma tête. Je suis Susanna Wesley. Mère de 19 enfants dont Charles et John Wesley célèbres pour leur influence durant le Grand Réveil en Angleterre durant les années 1700. Malgré mes temps de prière, j’ai écrit ceci : “Loué soit Dieu pour toute journée où nous nous conduisons bien. Mais je ne suis pas encore satisfaite, parce que je ne profite pas beaucoup de Dieu. Je sais que je suis encore trop loin de lui; je désire tenir mon âme plus étroitement unie à lui par la foi et l’amour.”

Je crois que chacun doit se faire violence pour améliorer sa propre situation. Satan ne veut certainement pas encourager un chrétien dévoué et il mettra tout en oeuvre pour nous faire échouer. Pour moi, ce fut l’heure du réveil de Charlotte. Un matin, j’ai décidé qu’à l’avenir, je me lèverai plus tôt pour prier et avoir mon temps personnel avec Dieu. À partir de ce moment, Charlotte se réveillait plus tôt elle aussi, en même temps que moi. Je me levai plus tôt encore, elle aussi. Le Seigneur n’a pas encore réglé la situation, mais je sais que c’est sa volonté que je prenne du temps avec lui. Il agira donc, selon son bon plaisir, pour que ma prière se réalise.

Tout ce qu’il faut, c’est un peu de temps et de tranquillité.

L’exemple à suivre

Voici donc comment vous devez prier: Notre Père qui es aux cieux! Que ton nom soit sanctifié; que ton règne vienne; que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel. Donne-nous aujourd’hui notre pain quotidien; pardonne-nous nos offenses, comme nous aussi nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés; ne nous induis pas en tentation, mais délivre-nous du malin. Car c’est à toi qu’appartiennent, dans tous les siècles, le règne, la puissance et la gloire. Amen!. Matthieu 6.9-13

Cette prière sert évidemment d’exemple pour nous. Elle ne doit pas être récitée de manière automatique, mais doit plutôt pénétrer notre coeur et agir profondément en nous. Il est important de réaliser que notre Père, réside dans les cieux. Il prend place sur le trône et il est digne de recevoir toute notre adoration et notre attention.

 Tu es digne, notre Seigneur et notre Dieu, de recevoir la gloire, l’honneur et la puissance; car tu as créé toutes choses, et c’est par ta volonté qu’elles existent et qu’elles ont été créées. Apocalypse 4.11

La prière du Seigneur Jésus, dans ce chapitre de Matthieu suggère un modèle pour toutes les sortes de prières possibles. L’adoration, la confession, les actions de grâce et l’intercession. Chaque élément est important. En négliger un empêche la communion véritable entre nous et le Créateur. Si notre prière favorite est l’intercession pour nous-mêmes et que la confession soit négligée, il est évident qu’un manque flagrant empêchera l’exaucement des requêtes demandées. Plusieurs livres sur la prière sont excellents et élaborent bien sur chacun de ces aspects. J’aimerais cependant partager avec vous quelques versets et pensées les concernants.

Une adoration véritable

Je crois qu’une vrai adoration est complètement et entièrement tournée vers Dieu, le grand Dieu. Reconnaître qui il est, ce qu’il est, ce qu’il fait et aussi ce qu’il ne fait pas. Dieu est assis sur son trône, et il mérite toute notre adoration. Négliger cet aspect de la prière démontre un égoïsme et conduira probablement à l’absence de bénédictions dans la vie de celui qui ne s’arrête pas pour contempler Dieu.

Il m’aide beaucoup d’imaginer Dieu et le ciel. Réfléchir sur sa grandeur et sa splendeur est extraordinaire et me permet d’entrer dans une adoration plus sincère. Fermez les yeux et imaginez cette glorieuse description (Apocalypse 4) : le son d’une trompette; le trône; l’être à l’aspect d’une pierre de jaspe et de sardoine; l’arc-en-ciel semblable à de l’émeraude; les vingt-quatre vieillards revêtus de vêtements blancs, et sur leurs têtes des couronnes d’or qui se prosternent devant celui qui est assis sur le trône; les éclairs qui sortent du trône, les voix et les coups de tonnerre; les sept lampes ardentes qui sont les sept esprits de Dieu; la mer de verre devant le trône, semblable à du cristal; les quatre être vivants remplis d’yeux au milieu et autour du trône qui rendent gloire, honneur et actions de grâces à celui qui est assis sur le trône, qui vit aux siècles des siècles, amen. (Apocalypse 4)

Cette scène n’a rien d’absurde. Elle sera plus extraordinaire que tout ce que nous pouvons imaginer. Alors que je cherchais la signification du mot « adorer » dans la Bible, j’ai découvert que le mot « prosterner » lui était souvent attaché. Le mot « adorer » est écrit 34 fois dans la Bible. Le mot « prosterner » apparaît 11 fois auprès du mot « adorer ». Notre position physique est donc probablement importante. Démontrer du respect au Dieu créateur doit être fait autant spirituellement que physiquement. Biensûr, nous n’avons pas à s’agenouiller pour obtenir une attention particulière de Dieu, debout nettoyant la vaisselle, ou assis en berçant son bébé peut attirer les faveurs de Dieu. L’important est le respect du coeur, cependant pour une concentration accrue, l’agenouillement peut s’avérer utile.

Plusieurs psaumes sont propices pour une adoration sincère et non répétitive. Vous trouverez donc dans les paragraphes qui suivent des raisons ou attributs de Dieu tirés des psaumes suivants : (Psaumes 47, 95, 96, 99, 100, 103, 104, 111, 115, 118) et par la suite quelques passages bibliques sur l’adoration.

Il est le Très-Haut.

Il est redoutable.

Il est le Grand roi.

Il assujettit des peuples.

Il choisi notre héritage.

Il règne sur les nations.

Il siège sur son saint trône.

Il est souverainement élevé.

Il est Roi au-dessus de tous les dieux.

Il tient dans sa main les profondeurs de la terre.

Les sommets des montagnes sont à lui.

La mer est à lui.

Il a formé la terre.

Il est notre créateur.

Nous sommes son peuple; il est le berger.

Il est très digne de louanges.

Il a fait les cieux.

Splendeur et magnificence sont devant sa face.

Gloire et majesté sont dans son sanctuaire.

Il règne.

Il juge les peuples avec droiture.

Il vient. Il vient pour juger la terre, avec justice et fidélité.

Il est Saint.

Il exauce.

Il pardonne.

Il punit les fautes.

L’Éternel est bon, sa bonté dure à toujours.

Il guérit toutes les maladies.

Il délivre une vie de la fosse.

Il nous couvre de bonté et de miséricorde.

Il rassasie de biens la vieillesse; la fait rajeunir comme l’aigle.

Il fait droit à tous les opprimés.

Il est lent à la colère, riche en bonté.

Il ne garde pas sa colère à toujours.

Il est revêtu d’éclat et de magnificence.

Il s’enveloppe de lumière comme d’un manteau.

Ses oeuvres sont en grand nombre.

L’Éternel se souvient de nous.

Il est notre secours.

L’Éternel est notre force, le sujet de nos louanges.

Il est notre salut.

 Venez, chantons avec allégresse à l’Éternel! Poussons des cris de joie vers le rocher de notre salut. Allons au-devant de lui avec des louanges, faisons retentir des cantiques en son honneur! Car l’Éternel est un grand Dieu, il est un grand roi au-dessus de tous les dieux. Il tient dans sa main les profondeurs de la terre, et les sommets des montagnes sont à lui. La mer est à lui, c’est lui qui l’a faite; la terre aussi, ses mains l’ont formée. Venez, prosternons-nous et humilions-nous, fléchissons le genou devant l’Éternel, notre créateur! Car il est notre Dieu, et nous sommes le peuple de son pâturage, le troupeau que sa main conduit… Psaume 95.1-7 L’Éternel règne: les peuples tremblent; Il est assis sur les chérubins : la terre chancelle. L’Éternel est grand dans Sion, il est élevé au-dessus de tous les peuples. Qu’on célèbre ton nom grand et redoutable! Il est saint! Qu’on célèbre la force du roi qui aime la justice! Tu affermis la droiture, tu exerces en Jacob la justice et l’équité. Exaltez l’Éternel, notre Dieu, et prosternez-vous devant son marchepied! Il est saint! Moïse et Aaron parmi ses sacrificateurs, et Samuel parmi ceux qui invoquaient son nom, invoquèrent l’Éternel, et il les exauça. Il leur parla dans la colonne de nuée; ils observèrent ses commandements et la loi qu’il leur donna. Éternel, notre Dieu, tu les exauças, tu fus pour eux un Dieu qui pardonne, mais tu les as punis de leurs fautes. Exaltez l’Éternel, notre Dieu, et prosternez-vous sur sa montagne sainte! Car il est saint, l’Éternel, notre Dieu! Psaume 99 Et sa miséricorde s’étend d’âge en âge sur ceux qui le craignent. Il a déployé la force de son bras; il a dispersé ceux qui avaient dans le coeur des pensées orgueilleuses. Il a renversé les puissants de leurs trônes, et il a élevé les humbles. Il a rassasié de biens les affamés, et il a renvoyé les riches à vide. Il a secouru Israël, son serviteur, et il s’est souvenu de sa miséricorde. Luc 1.50-54

Pardonner et être pardonner

Est-il facile de demander pardon? Oh non! Lorsque Jonathan et moi sommes en désaccord, je suis souvent celle qui boude et qui attend que LUI vienne s’excuser! En y réfléchissant, pardonner ou demander pardon est un concept très profond.

Le mot grec « sanctifié », placé dans la prière exemplaire de Jésus-Christ, signifie : séparé des choses profanes et dédié à Dieu. Se présenter devant Dieu est une grâce que nous avons reçue, un cadeau divin, car nous pouvons le faire à tout moment. Il faut d’autant plus reconnaître à qui nous parlons. Ce grand Dieu, n’accepte pas le péché. Il l’a en horreur. Se présenter devant Lui, couvert de fautes n’est certainement pas digne de Lui. Il ne peut recevoir la prière de celui qui n’est pas lavé de tous péchés.

Il y a plusieurs dimensions au pardon. D’abord le pardon de Dieu qui s’accomplit seulement par le sacrifice divin et parfait de Jésus à la croix. Arrêtons-nous et méditons quotidiennement sur cet aspect de l’amour de Dieu et de Jésus envers nous. Dieu a envoyé son Fils. Il a accepté de le laisser mourir pour nous. Jésus, quant à lui, s’est physiquement livré. Il a subit cette mort atroce, mais il a aussi spirituellement souffert la séparation d’avec son Père. Nous, humains limités, ne pouvons comprendre toute la dimension de ce sacrifice.

Je ne peux que m’agenouiller devant le Roi en état d’adoration et de reconnaissance. La moindre des choses que je puisse faire pour reconnaître ce si grand cadeau est de l’utiliser!! L’utiliser en lui demandant pardon pour tous mes péchés. Sincèrement regretter mes mauvaises actions ou pensées et les nommer devant Dieu. Refuser le péché et le détester honore Dieu et rend un peu justice à Jésus.

 Si tu gardais le souvenir des iniquités, Éternel, Seigneur, qui pourrait subsister? Mais le pardon se trouve auprès de toi, afin qu’on te craigne. Psaume 130.3-4 Pardonne-moi [les égarements] que j’ignore. Psaume 19.12

Mais le pardon de mes péchés ne vaut rien si je ne pardonne pas moi-même les péchés des autres envers moi.

 Pardonne-nous nos offenses, comme nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés […] Si vous pardonnez aux hommes leurs offenses, votre Père céleste vous pardonnera aussi; mais si vous ne pardonnez pas aux hommes, votre Père ne vous pardonnera pas non plus vos offenses. Matthieu 6.12;14-15

Ces versets mentionnent que nous devons pardonner. J’ai été saisi par mon manque de pardon envers mes amis, ma famille. Le pardon de Dieu envers moi est tellement plus agréable à recevoir et d’une certaine manière, facile à demander, alors que pardonner à ceux qui m’ont offensée est d’un autre ordre. Il implique souvent notre orgueil et l’abandon de soi.

Il est très important de vérifier régulièrement notre coeur. En fait, je suggère fortement de réviser votre journée avant de vous coucher et de prier s’il y a quoique soit à pardonner.

Une action pratique à faire serait d’écrire le nom des personnes à pardonner dans votre journal de culte quotidien et de les effacer ou de les rayer après le pardon. Premièrement, les écrire pour prendre conscience du désir de leur pardonner et réaliser pleinement l’action que je désir prendre envers eux, ensuite on les efface pour visualiser concrètement que le pardon est accomplis. Par la suite, il ne faut surtout pas y revenir. Ce qui est pardonné est oublié! S’il est difficile d’effacer certains noms, priez pour vous et pour ces personnes. Le Seigneur a probablement quelque chose à vous montrer.

 Que toute amertume […] disparaissent du milieu de vous. Soyez bons les uns envers les autres, compatissants, vous pardonnant réciproquement, comme Dieu vous a pardonné en Christ. Devenez donc les imitateurs de Dieu, comme des enfants bien-aimés. Éphésiens 4.31-5.1 Et je ne me souviendrai plus de leurs péchés ni de leurs iniquités. Or, là où il y a pardon des péchés, il n’y a plus d’offrande pour le péché. Hébreux 10.18

N’oubliez surtout pas de vérifier si vous avez à demander pardon à Dieu ou à quelqu’un pour une offense. Il est facile d’ignorer les petits détails, les petites phrases tranchantes… Sondez votre coeur quotidiennement. Demandez pardon à Dieu pour vos offenses, demandez pardon à ceux que vous avez offensés, et pardonnez. Pardonnez, pardonnez. Combien de fois, dont? « jusqu’à soixante-dix fois sept fois »!

 Alors Pierre s’approcha de lui, et dit: Seigneur, combien de fois pardonnerai-je à mon frère, lorsqu’il péchera contre moi? Sera-ce jusqu’à sept fois? Jésus lui dit: Je ne te dis pas jusqu’à sept fois, mais jusqu’à septante fois sept fois. C’est pourquoi, le royaume des cieux est semblable à un roi qui voulut faire rendre compte à ses serviteurs. Quand il se mit à compter, on lui en amena un qui devait dix mille talents. Comme il n’avait pas de quoi payer, son maître ordonna qu’il fût vendu, lui, sa femme, ses enfants, et tout ce qu’il avait, et que la dette fût acquittée. Le serviteur, se jetant à terre, se prosterna devant lui, et dit: Seigneur, aie patience envers moi, et je te paierai tout. Ému de compassion, le maître de ce serviteur le laissa aller, et lui remit la dette. Après qu’il fut sorti, ce serviteur rencontra un de ses compagnons qui lui devait cent deniers. Il le saisit et l’étranglait, en disant: Paie ce que tu me dois. Son compagnon, se jetant à terre, le suppliait, disant: Aie patience envers moi, et je te paierai. Mais l’autre ne voulut pas, et il alla le jeter en prison, jusqu’à ce qu’il eût payé ce qu’il devait. Ses compagnons, ayant vu ce qui était arrivé, furent profondément attristés, et ils allèrent raconter à leur maître tout ce qui s’était passé. Alors le maître fit appeler ce serviteur, et lui dit: Méchant serviteur, je t’avais remis en entier ta dette, parce que tu m’en avais supplié; ne devais-tu pas aussi avoir pitié de ton compagnon, comme j’ai eu pitié de toi? Et son maître, irrité, le livra aux