Billy Graham et la fin de ma vie

Amassez-vous plutôt des trésors dans le ciel, où il n’y a ni rouille, ni mites qui rongent, ni cambrioleurs qui percent les murs pour voler. Car là où est ton trésor, là sera aussi ton cœur. Matthieu 6.20-21

Il y a quinze ans, dans un sous-sol d’Église à l’odeur humide et aux innombrables souvenirs, je suivais mon premier cours SEMBEQ. Ce cours n’enseignait rien de théologique comme tel, mais le contenu et l’impact qu’il eut sur ma vie à changer ma façon de concevoir les jours comptés que je passe sur cette terre. Le cours Gérer sa vie, enseigné par mon cher pasteur du moment, m’a permis de réfléchir aux fondements que je voulais pour ma vie. J’ai passé plusieurs heures à développer des objectifs de vie significatifs et éternels. Avec l’aide de mon papa céleste, j’ai déterminé son appel sur ma vie.

Le début de ma vingtaine se caractérisa par un célibat occupé, un travail engageant, un service fidèle et imparfait à mon Église locale. Je n’avais encore jamais fréquenté de garçon et je ne savais si Dieu permettrait ce miracle pour mon âme différente. Je n’avais aucune idée du déroulement de ma vie. Je ne pouvais pas prévoir les péripéties que Dieu écrirait sur les pages blanches de mon existence. Mais je savais une chose! Déjà, à 20 ans, je connaissais exactement comment je voulais terminer ma vie : dans les bras de Celui qui m’a tout donné. Le but ultime de ma vie était de le glorifier et de l’aimer plus que tout. À ce moment-là, probablement assise dans mon appartement bruyant sur la rue Pie-IX, j’ai réfléchi et résolu que je ferais tout pour le servir, et que mes prières seraient toujours dirigées vers le ciel et non vers mon propre coeur.

Doucement, j’ai commencé à mettre en application certains buts que j’avais à coeur. Un riche ne devient jamais millionnaire en 24 h. L’homme ambitieux met du temps et beaucoup d’efforts pour amasser son premier cent mille dollars. Il réfléchit et prépare un plan pour obtenir son deuxième millier de dollars. Il sacrifie et souffre pour acquérir le désir des battements de son coeur, jusqu’à obtenir le million. Grandir spirituellement ne s’accomplira pas sans effort.

Semer de bonnes graines maintenant, afin de porter de bons fruits plus tard. 

Si je voulais être dans les bras de mon papa à la fin de ma vie, je devais commencer immédiatement. Car le travail serait long. Le labeur de toute une vie.

Cette semaine, j’écoutais les magnifiques funérailles de cet homme de Dieu. Le prédicateur de l’Amérique. L’évangéliste du deuxième siècle : Billy Graham. William F. Graham, Jr. Avant son décès, il y a onze ans, sa tendre et déterminée épouse mentionna sur son mari :

« il dédiait et orientait sa vie vers un but; il savait où il s’en allait. Il désirait plaire à Dieu, plus qu’aucun autre homme que j’ai rencontré. » —Ruth Bell Graham

Billy Graham a passé sa vie à parler de Dieu, annoncer son évangile, proclamer l’horreur du péché et présenter l’amour de Dieu. Au début de sa vie adulte, il a choisi de consacrer sa vie à le suivre. Et bien qu’il ait vécu et accomplit de grandes choses, il n’était pas plus important que vous et moi.

Durant l’eulogie de ses funérailles, l’une de ses filles à partager une émouvante histoire. Celle-ci venait de se divorcer et pleurait sa peine amèrement. Elle chercha rapidement du réconfort auprès d’un autre homme qu’elle épousa, malgré les avertissements de sa famille. À peines quelques heures mariée, qu’elle frappa le mur de son orgueil et reconnut son erreur. À bord de sa voiture, elle conduisit durant deux jours jusqu’à la maison familiale de ses souvenances, et de ses parents. Elle appréhendait leur réaction. Elle venait de décevoir, encore une fois, son père. La réputation de Billy Graham serait entachée. Le héros de sa vie la sermonnerait.

Enfin rendu devant l’entrée principale, son père l’attendait. L’entourant de ses bras, il lui souhaita la bienvenue. Il l’accueillit tendrement. Bunny Graham (Ruth Graham) termine son témoignage sans vanter le grand évangéliste. Son père n’était pas Dieu, mais il a démontré une facette du caractère de son Père Céleste ce jour-là. Sans jugement, il a aimé sa fille. Et jusqu’à la fin de sa vie, Billy Graham fut fidèle et refléta l’image du Créateur qu’il portait en lui.

Billy Graham vécut imparfaitement l’appel de Dieu pour sa vie. Sans prétention, je tente, tout comme lui, de vivre cet appel que mon Dieu m’a doucement murmuré aux premières minutes de ma naissance. Et je vous propose maintenant d’évaluer si vous êtes aussi désireux de suivre Jésus, de l’aimer plus que tout et de le servir malgré et par-dessus tout.

Répondez à ses questions profondes. Dans un carnet, je vous propose de noter vos pensées et vos résolutions. Vos réponses auront un impact réel sur les fruits mûrs ou mauvais que vous récolterez à la fin de vos jours.

  1. Comment désirez-vous terminer votre vie? Avec l’aide de Dieu, comment y parviendrez-vous?

  2. Quels sont vos rêves, vos plus grandes aspirations? Quel est l’appel de Dieu sur votre vie? Dieu veut que vos rêves s’accomplissent! Il a probablement implanté plusieurs d’entre eux dans votre coeur. Cherchez la volonté de votre Père et découvrez lesquels viennent de Dieu!

  3. Choisissez-vous quotidiennement de mourir à vous-mêmes et de le servir?

Ce que vous faites aujourd’hui, déterminera ce que vous deviendrez plus tard. Sally Clarkson
Amassez-vous plutôt des trésors dans le ciel, où il n’y a ni rouille, ni mites qui rongent, ni cambrioleurs qui percent les murs pour voler. Car là où est ton trésor, là sera aussi ton cœur. Matthieu 6.20-21

#BillyGraham #Laviedemavie #Objectifs #Rêves

3 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Inscris-toi et reçois mes lettres de nouvelles!

  • Black Facebook Icon
  • Black Instagram Icon

© 2021 par Une petite influence