Le pardon, pas si facile!

Est-il facile de demander pardon? Oh non! Lorsque Jonathan et moi sommes en désaccord, je suis souvent celle qui boude et qui attend que LUI vienne s’excuser! En y réfléchissant, pardonner ou demander pardon est un concept très profond. 

Le mot grec « sanctifié », placé dans la prière exemplaire de Jésus-Christ, signifie : séparé des choses profanes et dédiées à Dieu. Se présenter devant Dieu est une grâce que nous avons reçue, un cadeau divin, car nous pouvons le faire à tout moment. Il faut d’autant plus reconnaître à qui nous parlons. Ce grand Dieu, n’accepte pas le péché. Il l’a en horreur. Se présenter devant Lui, couvert de fautes n’est certainement pas digne de Lui. Il ne peut recevoir la prière de celui qui n’est pas lavé de tous péchés.

Il y a plusieurs dimensions au pardon. D’abord le pardon de Dieu qui s’accomplit seulement par le sacrifice divin et parfait de Jésus à la croix. Arrêtons-nous et méditons quotidiennement sur cet aspect de l’amour de Dieu et de Jésus envers nous. Dieu a envoyé son Fils. Il a accepté de le laisser mourir pour nous. Jésus, quant à lui, s’est physiquement livré. Il a subi cette mort atroce, mais il a aussi spirituellement souffert la séparation d’avec son Père. Nous, humains limités, ne pouvons comprendre toute la dimension de ce sacrifice. 

Je ne peux que m’agenouiller devant le Roi en état d’adoration et de reconnaissance. La moindre des choses que je puisse faire pour reconnaître ce si grand cadeau est de l’utiliser!! L’utiliser en lui demandant pardon pour tous mes péchés. Sincèrement regretter mes mauvaises actions ou pensées et les nommer devant Dieu. Refuser le péché et le détester honore Dieu et rend un peu justice à Jésus. 

Si tu gardais le souvenir des iniquités, Éternel, Seigneur, qui pourrait subsister? Mais le pardon se trouve auprès de toi, afin qu’on te craigne. Psaume 130.3-4Pardonne-moi [les égarements] que j’ignore. Psaume 19.12

Mais le pardon de mes péchés ne vaut rien si je ne pardonne pas moi-même les péchés des autres envers moi. 

Pardonne-nous nos offenses, comme nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés […] Si vous pardonnez aux hommes leurs offenses, votre Père céleste vous pardonnera aussi; mais si vous ne pardonnez pas aux hommes, votre Père ne vous pardonnera pas non plus vos offenses. Matthieu 6.12;14-15

Ces versets mentionnent que nous devons pardonner. J’ai été saisi par mon manque de pardon envers mes amis, ma famille. Le pardon de Dieu envers moi est tellement plus agréable à recevoir et d’une certaine manière, facile à demander, alors que pardonner à ceux qui m’ont offensée est d’un autre ordre. Il implique souvent notre orgueil et l’abandon de soi.

Il est très important de vérifier régulièrement notre coeur. En fait, je suggère fortement de réviser votre journée avant de vous coucher et de prier s’il y a quoique soit à pardonner. 

Une action pratique à faire serait d’écrire le nom des personnes à pardonner dans votre journal de culte quotidien et de les effacer ou de les rayer après le pardon. Premièrement, les écrire pour prendre conscience du désir de leur pardonner et réaliser pleinement l’action que je désire prendre envers eux, ensuite on les efface pour visualiser concrètement que le pardon est accomplis. Par la suite, il ne faut surtout pas y revenir. Ce qui est pardonné est oublié! S’il est difficile d’effacer certains noms, priez pour vous et pour ces personnes. Le Seigneur a probablement quelque chose à vous montrer. 

Que toute amertume […] disparaissent du milieu de vous. Soyez bons les uns envers les autres, compatissants, vous pardonnant réciproquement, comme Dieu vous a pardonné en Christ. Devenez donc les imitateurs de Dieu, comme des enfants bien-aimés. Éphésiens 4.31-5.1 Et je ne me souviendrai plus de leurs péchés ni de leurs iniquités. Or, là où il y a pardon des péchés, il n’y a plus d’offrande pour le péché. Hébreux 10.18

N’oubliez surtout pas de vérifier si vous avez à demander pardon à Dieu ou à quelqu’un pour une offense. Il est facile d’ignorer les petits détails, les petites phrases tranchantes… Sondez votre coeur quotidiennement. Demandez pardon à Dieu pour vos offenses, demandez pardon à ceux que vous avez offensés, et pardonnez. Pardonnez, pardonnez. Combien de fois, dont? « jusqu’à soixante-dix fois sept fois »! 

Alors Pierre s’approcha de lui, et dit: Seigneur, combien de fois pardonnerai-je à mon frère, lorsqu’il péchera contre moi? Sera-ce jusqu’à sept fois? Jésus lui dit: Je ne te dis pas jusqu’à sept fois, mais jusqu’à septante fois sept fois. C’est pourquoi, le royaume des cieux est semblable à un roi qui voulut faire rendre compte à ses serviteurs. Quand il se mit à compter, on lui en amena un qui devait dix mille talents. Comme il n’avait pas de quoi payer, son maître ordonna qu’il fût vendu, lui, sa femme, ses enfants, et tout ce qu’il avait, et que la dette fût acquittée. Le serviteur, se jetant à terre, se prosterna devant lui, et dit: Seigneur, aie patience envers moi, et je te paierai tout. Ému de compassion, le maître de ce serviteur le laissa aller, et lui remit la dette. Après qu’il fut sorti, ce serviteur rencontra un de ses compagnons qui lui devait cent deniers. Il le saisit et l’étranglait, en disant: Paie ce que tu me dois. Son compagnon, se jetant à terre, le suppliait, disant: Aie patience envers moi, et je te paierai. Mais l’autre ne voulut pas, et il alla le jeter en prison, jusqu’à ce qu’il eût payé ce qu’il devait. Ses compagnons, ayant vu ce qui était arrivé, furent profondément attristés, et ils allèrent raconter à leur maître tout ce qui s’était passé. Alors le maître fit appeler ce serviteur, et lui dit: Méchant serviteur, je t’avais remis en entier ta dette, parce que tu m’en avais supplié; ne devais-tu pas aussi avoir pitié de ton compagnon, comme j’ai eu pitié de toi? Et son maître, irrité, le livra aux bourreaux, jusqu’à ce qu’il eût payé tout ce qu’il devait. C’est ainsi que mon Père céleste vous traitera, si chacun de vous ne pardonne à son frère de tout son coeur.

Une petite pensée concernant le pardon à soi-même. Il est aussi important que le pardon à Dieu et aux autres. Ne pas se pardonner ne rend pas gloire à Dieu qui pardonne tout et est une autre forme de péché. Lui, parfait, veut restaurer notre âme et nous délivrer de nos fautes, pourquoi voudrions-nous repenser toujours aux mêmes histoires.

Il ne nous traite pas selon nos péchés, il ne nous punit pas selon nos iniquités. Mais autant les cieux sont élevés au-dessus de la terre, autant sa bonté est grande pour ceux qui le craignent; autant l’orient est éloigné de l’occident, autant il éloigne de nous nos transgressions. Psaumes 103.10-12

Les trois individus impliqués dans le pardon : 

DIEU : me pardonne (par le sang de Jésus) et pardonne aux autres.

MOI : je dois quotidiennement demander pardon à Dieu je dois demander aussi pardon aux autres je dois pardonner les autres je dois me pardonner moi-même

LES AUTRES : ils doivent demander pardon à Dieu ils doivent aussi me demander pardon (mais il n’en tient à qu’eux).

Si le « moi » ou « les autres » ne sont pas en règle devant Dieu, le péché n’est pas complètement effacé. Le « moi » doit être entièrement lavé pour être affranchi devant Dieu. Le « moi » à bien plus à faire que « les autres », bien que « les autres » ont eux-mêmes un « moi ». J’ai deux fois plus de tâches concernant le pardon que les autres. Il faut donc réfléchir à soi-même avant d’accuser l’autre. Nous avons souvent beaucoup plus à se faire pardonner, qu’à pardonner! 

0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout